Maurice  Maeterlinck

Maurice Maeterlinck


Maurice Polydor Marie Bernard Meterlink (29 août 1862 - 6 mai 1949), également connue sous le nom de comte (ou comte) Meterlink en 1932, était un dramaturge, poète et essayiste belge flamand mais qui écrivait en français. Il a reçu le prix Nobel de littérature en 1911 "en reconnaissance de son œuvre littéraire aux multiples facettes, et en particulier de ses œuvres dramatiques, qui se distinguent par une imagination riche et une fantaisie poétique, qui se révèle, parfois sous les traits d'un conte de fées, d'une profonde inspiration. , même si elles font mystérieusement appel aux sentiments des lecteurs et stimulent leur imagination. »Les thèmes principaux de son œuvre sont la mort et le sens de la vie. Il a été l'un des principaux membres de La Jeune Belgique, et ses pièces constituent une part importante du symboliste Meterlink est né à Gand, en Belgique, dans une riche famille francophone. sa mère, Matilda Colette Françoise (née van den Bosschet), est issue d'une famille aisée, son père, Polidor, un notaire qui adorait s'occuper de lui. des serres sur sa propriété, et a été envoyé au Collège des Jésuites de Sainte-Barbé en septembre 1874, où il a été négligé des œuvres de romantiques français et a permis uniquement des pièces sur des sujets religieux. Son expérience à cette école a influencé son aversion pour l'Église catholique et la religion organisée. Il a écrit des poèmes et de courts romans pendant ses études, mais son père voulait qu'il entre en droit. Après avoir obtenu son diplôme de droit à l'Université de Gand en 1885, il a passé plusieurs mois à Paris, en France. Il a rencontré quelques membres du nouveau mouvement du symbolisme, en particulier avec Villiers de l'Ile Adam, qui vont grandement influencer les travaux ultérieurs de Meterlink.